jeudi 12 mars 2009

Vendredi 13...

"T'as de la chance!" Eh bien, oui...
Mais ça n'a rien à voir avec le hasard. La chance, d'abord, ça se repère.
Ensuite, ça se travaille.
Enfin, ça s'apprécie.

Ce qui veut dire que tout le monde peut en avoir ? Exactement.
Albert Einstein disait : "Dieu ne joue pas aux dés"…
Le mot chance vient du vieux français «chéance», qui désignait la façon dont les dés «choient» sur le tapis. D'où la bonne et la mauvaise chance, ou encore l'expression «forcer la chance», qui signifie tout simplement tricher. On peut en déduire que la chance n'est que la traduction de hasard, mot arabe qui signifie aussi «jeu de dés».
La première fois où j'ai mis les pieds dans un casino je me suis dit, je joue pour gagner. J'ai joué. J'ai gagné. Le mois suivant j'ai recommencé. Et ça a marché. J'ai pu m'offrir du superflu ! Le luxe !
La chance, il faut y croire. Surtout quand on a gagné une fois. Ensuite ça s'enchaîne. Les autres nous le répètent : « Toi qui as de la chance, choisis le billet.» Pour être une vraie chanceuse, il ne faut parler que de sa chance. De ses coups de chance. "In­ecrédibeule ! je me gare toujours sur les passages cloutés sans avoir de PV"... "Trop fort ! Je retrouve mes clefs quand je les oublie sur la portière de ma voiture et, quand je crève, quelqu'un s'arrête immédiatement pour m'aider". C'est un état d'esprit. Une manière de voir le monde. Lunettes roses plutôt que lunettes noires. Pour être une vraie chanceuse, il faudrait que je passe sous silence les contraventions que j'ai eues. Tout comme les jours où mon réveil ne sonne pas, le bol de lait se renverse, mon talon reste coincé dans une plaque d'égout, la couture de mon pantalon cède sous les malheureux petits centimètres gagnés après les fêtes… C'est clair qu'en vous racontant ça, j'ai tout de suite une piètre allure de chanceuse !
La chance, je crois que c'est de l'inconscience. Quitte à commencer par perdre mise et chemise. Tenez, prenez ma super grande décision de gagner au Loto… je ne compte pas combien ça m'a coûté ! J'ai abandonné pendant un temps, mais j'ai recommencé !!! Car je suis convaincue que la chance est charnelle. Elle a une furieuse envie de vivre. Mais il faut l'exciter. C'est souvent comme ça. Je me souviens d'un ami photographe qui me disait : "y'a des moments où je me dis j'abandonne. Et puis je continue et c'est là que je shoote la bonne photo."
Les gens chanceux toute leur vie, cela n'existe pas. Chance et malchance fonctionnent en couple. C'est un peu comme le tango : deux pas en avant, un pas en arrière. Tous ceux qui ont réussi le répètent. Ils ne sont pas devenus célèbres d'un coup. En revanche, ils savaient très précisément au départ ce qu'ils voulaient devenir. Il y avait une inscription sur le temple de Delphes : "Deviens ce que tu es." Plus qu'une philosophie. Les Anglais ont une formule : "The right man at the right place", qui pourrait aussi servir de définition à la chance. C'est-à-dire pouvoir, là où on est, exploiter à fond ses talents. Cela peut commencer très tôt. Par une grand-mère qui croit en nous. Un prof qui nous aide à l'école. Un boss qui nous repère. Un mec qui nous aime et nous répète qu'on est née sous une bonne étoile.
Autre méthode… croire à la méthode Coué. Exit les phrases du genre "Je n'ai jamais de bol, alors que les autres ont une chance insolente." Commencer dès le matin dans la salle de bain : Se regarder dans la glace et se dire : je suis Miss Diane-Eve (là bien sûr vous remplacez par votre nom… être Diane-Eve n'a aucun intérêt pour vous, on est d'accord). Je suis la plus belle et je m'aime. Eviter de se regarder en se disant : "mird, j'ai encore une ride" (même si c'est vrai, on s'en fout !). Les autres… on leur parle, on leur téléphone mais on s'intéresse d'abord à nous, à notre vie, à notre carrière. Se demander tous les jours : "est-ce que je suis au mieux de ce que je devrais être ?" Sans pourtant forcer le destin : Inutile de nager à contre-courant. Ce serait s'épuiser quand il suffit de repartir vers les bas-fonds et remonter à la surface quand on sent que la chance revient. Car son destin, souvent, il suffit d'y croire… c'est comme ce que prédisent voyantes, astrologues et autres diseuses de bonne aventure. Ouiii, c'est vrai, je me suis largement, très largement moquée des horoscopes ! et je continue. N'empêche qu'un jour, en Italie, une femme m'a fait le coup du marc de café. C'est étonnant ce qu'elle a pu me raconter. J'aurais une maison avec trois hectares de jardin. L'été suivant, j'ai loué une maison pour les vacances. Il y avait trois hectares de terrain ! Je ferais carrière dans l'enseignement. Un an plus tard, on me proposait un poste de formatrice bureautique, j'ai sauté sur l'occasion. Mine de rien, cela m'a donné de l'énergie. Energiser, c'est aussi le rôle des porte-bonheur. Il n'y a aucune raison pour qu'un trèfle à quatre feuilles, même cueilli une nuit de pleine lune, ait une quelconque influence sur mon avenir. En revanche, si j'y attache de l'importance, cela réveille l'énergie. Il suffit d'y croire ! Et moi j'y crois ! (pas forcément aux trèfles à quatre feuilles ou à Madame Irma !) Mais on a tous des rites personnels qui font que, le matin, on démarre ou on ne démarre pas (la journée pas la voiture !).
Etre ou ne pas Etre né un vendredi 13… Deux exemples, deux paradoxes dans mes connaissances…
Valérie, 38 ans, coiffeuse. Elle est belle comme un cœur et fait le métier qui l'intéresse. Mais il y a toujours plané sur elle quelque chose d'inexplicable. Dans sa vie, rien ne se passe normalement. Quand on va au restaurant, la seule chose qui lui fait envie, il n'y en a pas. Dans les boutiques, c'est la même chose, y'a pas sa taille, y'a pas la couleur... L'autre jour, dans un bar, elle demande un jus de tomate. Quoi de plus anodin ? Eh bien, non, le serveur s'est excusé. Justement, ils en manquaient. Tous ses amis se marrent ! Gentiment, on l'a surnommée "La Chèvre" (cf le film avec Pierre Richard). Pourtant, il y a plus "grave". Quand elle a passé son brevet de coiffure, elle a été recalée. Ils avaient oublié de compter les points des épreuves qu'elle avait passées l'année précédente. Elle a dû faire appel. Engagée dans un salon, le premier jour où elle se présente, ils avaient pris quelqu'un d'autre à sa place… jamais elle n'a gagné quoi que ce soit à quelque jeu que ce soit. Le pire, c'est qu'elle ne devait pas naître un vendredi 13. Elle est arrivée avec du retard.
Gabriel, 41 ans, agent de voyages. Alors lui, il a le "cul bordé de nouilles". Il n'a jamais raté un examen. Il rêvait de voyager, il est agent de voyage. Pour son poste, il a été choisi parmi 170 personnes. Il lui arrive souvent de trouver de l'argent dans la rue, des bijoux dans le sable, que sais-je encore… Une seule fois dans sa vie il a joué au tiercé, il a gagné. Le 13, il lui arrive toujours des choses extraordinaires. Toutes les minettes qu'il rencontre, ça se passe un 13. Tous les contrats, les accords, les actes juridiques importants sont signés le 13. Et vous voulez rire ? Son bus, c'est le 13 et il habite un 13, rue Leriche.
Et pourtant…
Il n'y a pas de 13e étage dans les hôtels américains, pas de rang 13 dans les avions et des villes entières ont des rues sans maison numéro 13. Dans la mythologie, le 13 était terrible. La religion catholique, avec la Cène et la trahison de Judas, puis le vendredi saint, n'a rien arrangé. En France, en 1857, une société des treize vit le jour à Bordeaux afin d'extirper par l'exemple les terribles préjugés contre le vendredi 13. Chaque vendredi, ils se réunissaient à 13 pour banqueter. Avant de se mettre à table, ils faisaient tourner leur chaise sur l'un des pieds, signe de mauvais augure, et se plaisaient à renverser les salières. Ils prenaient l'engagement de commencer toutes leurs entreprises ou de voyager le vendredi. Un an après, les treize jouissaient toujours d'une santé florissante. Le jeu est le seul domaine pour lequel le vendredi 13 serait favorable. Depuis 1991, la Française des jeux en profite pour lancer des campagnes de pub et des super-cagnottes. Ces jours-là, elle enregistre 80 % de joueurs supplémentaires. Parfois même 100 %. Qui ne gagnent pas plus que les autres jours ;-)

Et les dents du bonheur alors ? Pourquoi ? d'où ça vient ?
Certains disent que cette croyance remonterait aux Grecs. Elle s'explique tout simplement par le fait que des dents écartées sont bien installées dans la mâchoire et une large mâchoire est signe de force, de réalisation et de puissance physique. Mais alors va-t-on assister à la disparition des dents du bonheur ? Bien possible ! L'orthodontiste me disait l'autre jour qu'aujourd'hui, les mâchoires sont plus petites, et les enfants portent des appareils pour leur resserrer les dents. Pour les dents du bonheur, il suffit de supprimer le petit frein qui part de la gencive et arrive au palais. Le croirez-vous ? Certains parents dotés de dents du bonheur refusent de supprimer celles de leurs enfants !!! Hallucinant !
Les lignes de la chance
Les lignes de cœur, de tête ou de vie, vous les connaissez, mais il y a aussi les autres, les transcendantales, dans lesquelles sont inscrites les principales phases de notre vie professionnelle.
Ligne de destin. Elle part du poignet ou de l'intérieur de la paume et se dirige vers le médius. Nette et bien tracée, elle est le signe de la réussite. Exemple : celle de Colette, extrêmement longue, la preuve qu'elle ne pouvait échapper à son destin d'écrivain.
Ligne du soleil. Elle se dirige vers l'annulaire à partir du poignet ou de l'intérieur de la paume. C'est la marque du génie, celle d'une créativité exceptionnelle. Vous avez envie de réussir, de briller, de communiquer avec les autres à travers votre art. Si cette ligne est unique, longue et bien faite, vous réaliserez un don précis sans vous disperser. Plusieurs lignes indiquent plusieurs dons.
Ligne d'intuition ou de santé. Elle se dirige vers l'auriculaire. Elle ne doit pas être tronçonnée. Bien dessinée ou absente, elle indique un bon équilibre physique et psychique.
Quand ça démange…
Les loteries instantanées, Astro, Banco et autres Bingo, s'appuient sur la psychanalyse. Les quelques secondes qui précèdent le grattage d'un Millionnaire, on se prend pour Dieu. Un petit coup d'ongle et votre vie peut changer. Pour en profiter à plein, certaines personnes conservent leur ticket plusieurs heures dans leur poche avant de le gratter. Coup de génie du Millionnaire, les gagnants sont traités comme des stars. On les invite à l'hôtel, on leur déroule le tapis rouge. Et leur visage épanoui quand ils arrivent sur le plateau donne aux quatre millions de téléspectateurs une envie supplémentaire de jouer. Pour le Loto, ce sont les gros lots, de plus en plus mirifiques, qui font rêver.
Alors finalement, c'est quoi, la chance ?
La chance, il faut la considérer comme une personne, lui parler, la séduire, lui racon­ter ses rêves et, un jour, ils se réalisent.
C'est un don des dieux. Certains ont plus de chance que d'autres, il faut savoir le reconnaître et rester très humble devant elle.
La chance, c'est comme la pêche. Un jour, on attrape un poisson. Mais il ne faut surtout pas oublier de ré appâter la ligne pour en pêcher d'autres.
La chance a aussi un côté assez moral. Tout le monde en a, mais il faut avoir l'énergie de sauter dessus. Le grand ennemi de la chance, c'est la peur.
La chance, on peut l'attendre longtemps, mais elle ne vient jamais toute seule. Au départ, il faut un coup de pouce, puis tout s'enchaîne.
Finalement, je crois que La Chance, c'est un mélange de curiosité, d'obstination, de détachement, sans oublier une bonne dose d'humour.
J'aime cette phrase bouddhiste : "La chance sourit à ceux qui sont préparés."

5 commentaires:

Céline a dit…

Très bonne démonstration !
Je crois également que la chance, dans la vie, ça se travaille. Il faut savoir la provoquer parfois. Et puis, c'est un état d'esprit. Il faut avoir la "positive attitude" comme nous l'explique si bien une jeune philosophe.
Quant à moi, je joue aussi au loto. Je me dis que les autres gagnent, alors pourquoi pas moi ? J'ai pas moins de chance qu'eux après tout !

Diane Eve a dit…

@ Céline : Bonjour et Bienvenue !
Je te souhaite bonne chance pour le loto ! tu as raison, il faut y croire !!! 100% des gagnants... blabla, blabla... cela dit, je suis religieusement allée faire mes grilles ce matin... et ce soir, c'est moi qui gagne la super cagnotte ! lol :-))

Céline a dit…

Coucou, c'est encore moi !
Tu as vu que nous sommes presque voisines ? A ce titre, nous nous devons d'être solidaires sur la blogosphère !
Aussi, je t'ai taggée pour un petit jeu auquel tu devrais participer si tu ne veux pas aller rôtir en enfer !

tichat a dit…

'tain chuis préparée à mort!!! Au taquet la fille!!
Mais.......je ne vois rien venir (sauf un connard, faut dire, j'ai un aimant! ;-)

Anonyme a dit…

Hello :-)
C'est marrant, je connais bien Gabriel; enfin, ça ne peut être que lui ! Il y a dix jours, on s'est rencontrés devant le champ de courses, il venait ...de trouver 10 euros ! Il est moins joueur que moi, mais il a bien voulu me suivre pour miser ses 10 euros. On rigolait parce que 10 euros, c'était pas une mise pour lui, et c'est moi qui ai ajouté 3 euros - il ne risquait donc rien. Et il m'a fait la démonstration: il a joué 13 euros sur le n° 13 (désolé, mais il existait bien) de la 13 ème course, la dernière de la réunion. Bon, j'en arrive au résultat: la pouliche n°13 a fini...treizième. Damned.
Pierre